Vous avez décidé de vous lancer dans l’auto-entrepreneuriat mais vous n’avez aucune notion sur cette activité. Voici les informations essentielles à connaître sur la micro-entreprise et l’auto entrepreneur. Suivez donc le guide.

Qu’est-ce que l’origine d’auto-entrepreneur ?

Le régime de l’auto-entrepreneur a pour objectif de faciliter les différentes démarches administratives et financières pour devenir dirigeant d’entreprise. Ainsi, vous ne versez votre cotisation que par rapport à votre chiffre d’affaires encaissé. Vous avez aussi ses possibilités pour vos impôts. Son avantage concerne aussi la faculté de tester d’abord le marché, et d’en faire de votre activité votre principale source de revenus ou tout simplement un appui à celle-ci. L’auto-entrepreneur a pour forme juridique l’entreprise individuelle et pour régime fiscal la micro-entreprise. Pour conserver ce statut, les dirigeants ne doivent pas dépasser les plafonds du chiffre d’affaires concernant soit l’activité d’achat — revente ou de prestataires de services. Il est à noter que les seuils changent annuellement.

Comment devenir auto-entrepreneur ?

Toutes personnes physiques peuvent se lancer dans le micro-entreprise. Toutefois les gérants de sociétés ayant le statut de travailleurs non-salariés ne sont pas admis. Si vous souhaitez devenir un, la déclaration (gratuite) se fait normalement en ligne. Il suffit pour cela de compléter un formulaire unique et très simplifié. Vous devez cependant accompagner cette fiche d’une justificative d’identité. Les administrations concernées par votre activité sont automatiquement informées de votre déclaration. Vous recevrez ensuite le numéro d’identification, à 9 chiffres, le SIREN (Système d’Identification du Répertoire des ENtreprises), octroyé par l’INSEE. En effet, vous êtes inscrits au Registre National des Entreprises (RNE). L’auto-entrepreneur ou le microentrepreneur doit observer les réglementations concernant son activité. Il doit obtenir des autorisations administratives, avoir la qualification professionnelle, suivre les normes d’hygiène et posséder des garanties financières. Vous devez aussi respecter les assurances professionnelles selon le secteur d’intervention.

Les charges légales

Chaque mois ou chaque trimestre l’auto-entrepreneur doit s’acquitter des cotisations sociales appliquées au chiffre d’affaires de la micro-entreprise. Si le chiffre d’affaires est nul, l’auto-entrepreneur ne règle pas de cotisations sociales. L’aide au chômeur créant ou reprenant une entreprise (Accre) et l’implantation dans les zones de franchise urbaine (ZFU) constitue des motifs valables d’exonération. L’auto-entrepreneur a le choix entre deux modes de paiement de l’impôt sur le revenu, suivant le principe du micro-entreprise. Il peut opter soit pour le prélèvement libératoire ou sur l’imposition sur le bénéfice forfaitaire. Voilà donc quelques notions essentielles à considérer lorsque vous allez créer votre micro-entreprise.