La SAS est un statut juridique convenable pour les entrepreneurs. Il est évident que ces derniers en sont conscients étant donné le nombre d’entreprises qui aujourd’hui optent pour cette identité. En étudiant distinctement le principe et le mode de fonctionnement de la SAS, vous identifierez inévitablement les principaux atouts qui font d’elle, l’une des principales formes juridiques choisies par les startups pour s’implanter légalement.

SAS, un principe de fonctionnement avantageux et flexible

Les principaux points positifs de la SAS sont relatifs au capital social et au régime d’intégration des associés. Si vous envisagez de créer une SAS, vous devez savoir qu’aucun niveau de capital social n’est requis au démarrage. Vous pouvez donc mettre votre business en marche avec les ressources dont vous disposez. Celles-ci peuvent être constituées d’apports en numéraire, en industrie et en nature. Alors, que vous disposiez d’un fonds équivalent à 1000 euros ou moins, sachez qu’aucune loi ne vous empêchera de vous lancer.

Il est important de distinguer la SAS de sa jumelle la SASU. Contrairement à la société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU) qui ne peut être créée et enregistrée qu’au nom d’une seule personne, la SAS quant à elle, doit compter au minimum deux associés lors de la rédaction des statuts. Dans les deux cas, il est possible que vos autres partenaires jouissent du titre d’actionnaires. Aucune restriction n’est fixée quant au nombre d’actionnaires intégrables au projet. Ces derniers peuvent être des personnes physiques ou morales.

L’une des conditions qui facilitent l’entrée ou la sortie des associés est le fait d’opter pour le capital variable à défaut du capital fixe. Avec ce type de capital, les actionnaires peuvent rester dans l’anonymat et toute information relative au revenu du dirigeant légal (président de la SAS) peut ne pas être divulguée. En faisant le choix du statut SAS, votre structure a la possibilité de pratiquer des activités commerciales et économiques selon sa convenance. Cet avantage justifie amplement la forte croissance des startups en France depuis quelques années. En effet, sous cette forme juridique, vous pouvez vous lancer dans une activité avec les fonds disponibles. Il vous revient alors de prévoir l’essentiel. Vous avez le libre arbitre !

La facilité dans la réalisation des démarches administratives

Que vous soyez un entrepreneur individuel ou non, vous pouvez enregistrer votre start-up comme une SAS et avoir recours au marketing de l’innovation afin de construire un modèle économique rentable. Dès que le processus de création d’entreprises est enclenché, les institutions compétentes vous orienteront sur les formalités à remplir. L’étape finale qui vous permettra de devenir détenteur d’une société juridiquement et légalement reconnue est l’obtention de votre immatriculation. C’est sous cet identifiant chiffré que vous serez inscrit au registre du commerce.

Avant que ce numéro matricule ne vous soit attribué, vous devez posséder un siège social. Il s’agit de l’adresse administrative à laquelle sera domiciliée votre SAS. Notons que ces coordonnées postales peuvent être différentes de celles de votre lieu de travail. Les pièces justificatives de cette domiciliation doivent être intégrées au dossier d’immatriculation qui devra être déposé auprès du greffe du tribunal. Vous devez également y joindre les preuves du versement de votre capital social en banque en mentionnant le nom de tous les souscripteurs ; ce qui permet de sécuriser le statut des associés et des actionnaires.

Bien que les démarches soient réalisables en un rien de temps et avec simplicité, il n’en demeure pas moins nécessaire d’en confier la charge à une agence de création d’entreprises. Cette possibilité de déléguer la création de sa SAS à un spécialiste est l’un des points clés qui incitent les entreprises à opter pour cette forme juridique. Du dépôt du capital social à l’immatriculation en passant par la rédaction des statuts et du choix de domiciliation, vous pouvez vous faire accompagner.

Les SAS, les annonces légales et les autres avantages

Les sociétés par actions simplifiée sont très reconnues. À l’issue de leur création, elles paraissent automatiquement dans le journal d’annonces légales au grand bonheur des promoteurs et des investisseurs. C’est ainsi que les tiers découvrent les nouvelles startups. Comme ces entreprises ont besoin de visibilité, cette parution dans les publications officielles améliore leur visibilité. Les actionnaires ont la possibilité d’intervenir dans la rédaction des règles régissant l’organisation de la SAS. En cas de difficultés financières ou de dépenses sociales, leur patrimoine est protégé de toute taxe ou saisie. Par ailleurs, ce type d’organisme est soumis à l’impôt sur les sociétés.

Les startups préfèrent le statut juridique SAS pour maintes raisons, dont la flexibilité relative aux droits des associés et des actionnaires. C’est un titre juridique qui convient à tout auto-entrepreneur quelles que soient ses capacités financières. En outre, les formalités relatives à l’implantation d’une SAS sont réalisables dans les meilleurs délais et peuvent être déléguées à des spécialistes du domaine.